bataville panoptique

 

Résumé de l’intervention donnée lors de la journée d’étude du 7 novembre 2017 : “être public“
Université de Rennes 2 / Hotel Pasteur

 

« C’est un lieu qui est pensé comme une ville, comme un espace urbain, il est pourtant décontextualisé de la ville puisque situé en plein cœur d’une zone rurale en Moselle. C’est un territoire méta-urbain recréé dans une forme répondant aux critères d’une cité, avec des espaces fonctionnels, sociaux et une gouvernance. À noter que la gouvernance ici a été entièrement contrôlée par l’entreprise des chaussures Bata de 1932 à 2001 – l’entreprise Bata c’est celle de l’entrepreneur Tchèque Thomas Bata, qui est à l’origine de ce projet monumental, débutant à Zlin en Tchéquie, en 1930 et s’étendant à l’échelle internationale. Il n’y a pas qu’une Bataville, il y en a une trentaine partout dans le monde. Bataville – Hellocourt est le site français de la firme Bata. Ce complexe a tous les ingrédients du modèle progressiste du XIXème siècle : il se fond dans la nature, le site est équipé de la technologie la plus évoluée de l’époque, les habitations sont imaginées sous les prédicats hygiénistes et modernes, l’espace est optimisé et fonctionnel, et, les bâtiments que l’on trouve ici sont identiques à tous les bâtiments Bata créés dans le monde.

 

 

Conçus par le “Service construire“ – le cabinet d’architecture de l’entreprise Bata. Cela révèle un lien évident entre l’architecture et l’entreprise, s’illustrant par une pensée de la ville idéale, traduite par un même système, répété et imposé à un territoire, à une culture sans s’y intégrer socialement, une vision très isolationniste. C’est une dimension colonisatrice, parfois, l’entreprise utilise les matériaux qui sont sur place pour la construction des bâtiments, mais il n’y a pas de volonté plus prononcée pour s’intégrer au territoire qu’elle occupe.

L’aspect très séculaire des sites est fait aussi pour éviter les mouvements de rebellions des employés. Peu de site s’inscrivent dans un centre ville, ils sont souvent à côté. D’ailleurs Hellocourt est le site parfait, isolé, on note que les premiers employés sont des paysans locaux, ce choix limite les rebellions possibles. On observe très nettement quelques dispositifs de contrôle venant de la planification urbaine, et de l’implantation des bâtiments.»

 

 


 

Interventions à Bataville en Moselle, invitation de l’Université Foraine (Patrick Bouchain) : juin (communication), juillet (résidence d’écriture) et septembre (table ronde) 2016.

Documents à télécharger :
extrait plan guide UFO Bataville
♦ architecture_learning from bataville