bataville radieuse

 

Dans le cadre des recherches menées à travers le projet Paysages et Représentations (Laboratoire ACCRA) et de la thématique du paysage urbain, l’attention s’est portée sur le site de Bataville.

Comment créer la ville ? fut la première question posée et observée, comment créer la ville à partir de rien et conserver un état de ville surtout ? a été le point de départ. Ainsi nous nous sommes intéressés à un lieu singulier qui répondait à ces questions « Bataville », une pure création devant rassembler au sein d’un même espace des infrastructures et des habitations afin de lier vie privée et vie professionnelle. L’injonction du “vivre ensemble“ peut-elle être perçue à travers l’aménagement des bâtiments ?

 

 

Il est question de réfléchir à ce qui fait qu’une ville existe et continue d’exister, même si cette ville est une île. Pour rendre compte de ces observations, qu’il s’agisse de celle au sujet de la conception du site à son origine, ou de son évolution ou encore de la raison et des effets de l’intégration d’une œuvre d’art pour recréer le lien social et culturel, l’équipe du projet s’est associée à la revue en ligne Strabic, des chercheurs Édith Hallauer et Tony Côme, spécialisée dans la recherche en design et en architecture, qui accueille et participe à la création de plusieurs articles courts, diffusés depuis octobre 2016. Puis un workshop a été organisé en automne 2016, avec les étudiants de Master en arts plastiques du département des arts visuels de la Faculté des Arts de l’université de Strasbourg et les étudiants de Master scénographie de l’université de Metz –  sur place –, durant une semaine, en compagnie du Laboratoire des hypothèses, un collectif d’artistes, d’ingénieurs, de paysagistes et d’architectes, pour expérimenter les notions d’île et d’exploration de l’espace urbain.


Tous les articles sont disponibles en ligne ICI