° °° °

Dans les années 1990, l’architecte suisse Bernard Tschumi nous invite à commettre un crime : « pour vraiment apprécier l’architecture, vous pouvez être amené à commettre un meurtre », « To really appreciate architecture, you may even need to commit a murder ». Le meurtre devient un trope utilisé par Tschumi pour démontrer que l’architecture n’existe qu’à travers les actions réalisées par le concours des bâtiments. Bernard Tschumi, Architecture and disjunction, MIT Press, 1994.